Devenez un touriste vert, pourquoi pas?

Photo Credit: www.seine-et-marne-en-projets.fr

Après une année complète de travail ou d’étude, lorsqu’il est temps de prendre des vacances, la majorité des personnes veulent dormir dans les hôtels les plus chiques et faire des activités un peu excessives et égoïstes à mon gout comme nager avec les dauphins par exemple. Le fait que les vrais vacances ne sont pas chose fréquente, les gens croient qu’il leur est permis de faire ce qu’ils veulent, car de toute façon ce n’est pas chaque jour qu’ils peuvent prendre des photos d’animaux tristes au zoo ou de faire la fête au bord d’un bateau qui tourne en rend toute la nuit pour leur faire plaisir.

Je ne dis pas que ces activités sont à bannir, mais je questionne seulement le type de sorties touristiques qui nous paraissent normales et que personne ne remet en question due à leur grande popularité. Je paris que si vous prenez un instant pour y penser, vous allez vite vous rendre compte des impacts négatifs qu’ont la majorité de ces activités sur les animaux, les résidents locaux et l’environnement physique de la région visitée.

Lors de votre planification prochaine de voyage, je vous suggère de gardez en tête deux points importants : vous n’êtes pas les premiers à aller visiter cet endroit et considérer les effets sur l’environnement des sorties que vous planifiez. Mettre l’environnement en premier plan n’est pas synonyme de vacances ennuyantes, bien au contraire, voyager de manière responsable est comme changer de lunettes de vue. Cette nouvelle vison de voyager s’appelle l’écotourisme dont les principes fondamentaux sont d’avoir un impact positif sur les populations locales et réduire les conséquences de son voyage sur l'environnement.

Voici une courte liste de gestes qui feront de vous un voyageur écolo. (Tiré du Passeport vert www.unep.fr/greenpassport ) :
  • Choisissez un hôtel qui valorise le recyclage, compostages et toutes autres initiatives écologiques.
  • Manger locale à fin de soutenir les fermiers et les producteurs de la région.
  • Marcher ou louer des vélos pour parcourir de courtes distances, et au lieu de louer une voiture et privilégiez les transports en communs pour les longues distances.
  • Monter à pied une montagne pour admirer les paysages d'une région plutôt que de s'y rendre en 4X4.
  • Garder une distance respectueuse avec les animaux sauvages lors de leur observation
  • Acheter des produits d'artisanat locaux en guise de souvenirs.
Certes, cela demande d’avantage de réflexion ainsi que de préparations, par contre le sentiment de voyager non au détriment de l’environnement et des communautés locales en vaux certainement la peine. Je vous garantie même qu’une fois essayé, vous allez avoir la piqure du touriste vert!

Que pensez-vous d’un guide ressource, pour nous aider à voyager de ma responsable, sur le site web du développement durable de l’Université d’Ottawa?

Je pousse même l’idée plus loin en proposant la création d’une page web qui indique les choix écologiques que les hauts représentants de l’Université d’Ottawa ont fait lors de leurs déplacements pour assister à des réunions et des conférences hors le campus, la ville et le pays. Est-ce une bonne idée?

- amina

0 comments: