La Révolte | You say you want a revolution

Monday, June 13, 2011

Photo credit: Jonathan Rausseo


But what is a revolution? The most spoken of campaign on the University of Ottawa campus is the Drop Fees campaign. More than a thousand students turn up on the Morisset terrace to show their displeasure with high tuition fees. I applaud you all for standing up for what you believe in. Then again, when studying the 2008 uOttawa sustainable transportation modal share study, the revolution isn’t as obvious. Out of 36 244 students, 48% use public transit (yay U-Pass!) and 20% of students walk, which is more than the 16% of people who drive alone. But what happened to sharing, people? Carpooling is down to 5%. And what about buns of steel? Cycling is about the same as carpooling in the numbers. I admit that biking in snow sucks, but fall and spring biking is great!

The more research I do, the more I realise I am not alone complaining about the lack of bike lanes, common courtesy from angry drivers and secure bike installations. But that’s what BikeDan is here for. He’s talking about counter-current bike lanes, additional secure bike installations and bike racks around campus.

A true revolution is something slow that happens over time with little actions instead of one massive riot. Think about it, no one likes being bossed around by a crowd of rowdy people.

Bref, sont-ce vraiment les pétitions, les lettres et les manifs qui font toute la différence quelques années plus tard? Ou plutôt un effort collectif et un peu plus subtil de la part de monsieur et madame tout-le-monde. Le bouche à oreille est souvent bien plus efficace, et examinez bien la jalousie dans les yeux de vos collègues lorsqu’ils remarqueront vos jambes d’acier suite à quelques mois de marche ou de vélo. Par exemple, je viens au bureau à vélo tous les jours et décide parfois de rejoindre un collègue à mi-chemin afin de pédaler ensemble et de jaser un peu.

Nous ne faisons que nous rendre au bureau. Mais certaines personnes, s’ennuyant de leur voiture à écouter la radio qui diffuse les mêmes chansons de Lady Gaga et les memes jokes plates que tous les autres jours de la semaine. Ces gens verront deux personnes heureuses et en forme. Un peu d’envie, peut-être? Mais bon, nous créons également un besoin dans la région : des pistes cyclables, enclos sécurisés et douches sur place. Si les installations sont disponibles, ces services créeront un envie de les essayer, ce qui haussera la demande (et un besoin…).

Donc, si on regarde un peu les concepts de base de l’économie, ceci aiderait la société à se débarrasser de la récession une fois pour toutes. Tout ceci grâce au vélo. Le gouvernement doit continuer d’offrir des subventions sportives aux familles afin de prévenir l’obésité infantile mais le secteur privé voudra également s’en emparer. Et voilà! Tout comme la mode des collants portés avec des chandails longs, la révolution des moyens de transport durables se fera par la force du besoin humain d’être dans le coup.
Alors, à quand la grande révolution?

-katherine

You Might Also Like

0 comments