Terracyclage

L'emballage qui deviens une planche à découper fabriqué des matériaux recyclés

Lorsque nous regardons un banc de parc, notre dernier reflexe est de voir celui-ci comme un déchet. Nous serions surpris de savoir que certains bancs ont une apparence trompeuse. Ils peuvent cacher en eux des millions d’emballages traditionnellement non recyclables. Le responsable de cette transformation de déchets à des bancs de parc, des poubelles, des tables de pique-nique ou même des glacières est la compagnie Canadienne Terracycle.

Le fondateur de la compagnie, Tom Szaky, fut inspiré par de simple vers de terre. Lorsque Tom découvre ces vers de terre créateurs d’engrais, à l’âge de 19, il fut époustouflé du résultat de leur digestion. Avec cette idée il entreprit un projet d’engrais au concours de plan d’affaire de Princeton. Les vers qui digèrent les restes de table présentaient un très bon engrais abordable.  Maintenant, vous pouvez acheter l’engrais  de vers de terre (worm poop) dans de grosses succursales. Vous pourriez même obtenir de l’engrais spécialisé à certaines plantes.

Maintenant, Terracycle englobe bien plus que du simple engrais. Terracycle rassemble plusieurs méga entreprises, chacune investie dans le même type de recyclage. Une compagnie comme Garnier, par exemple, payera le recyclage de produits de beautés qui seraient normalement non-recyclables. Ces contenants peuvent donc être recyclés en plastique dur comme une poubelle ou un banc. D’autres compagnies suivent le même système avec des sachets de café, des stylos, des filtres Brita, et mêmes des emballages de tout genre. La quantité de plastique qui avant était destiné au dépotoir peut maintenant avoir une deuxième vie bien moins nocive pour l’environnement.

Les projets ne s’arrêtent pas là, les mégots de cigarette se voient eux aussi recyclés en palette de plastique. Plus précisément,  le mégot de base en plastique sera transformé en plastique dur, tandis que le tabac et le papier sera par la suite composté. Nous pourrions continuer bien longtemps à énumérer les produits qui naissent du programme Terracycle, il en existe près de 200.

Tout comme le recyclage Terracycle fait sa preuve dans l’environnement et la protection de cellle-ci. Par contre, le projet n’incite pas la réduction de consommation. La première solution pour réduire tous nos déchets serait de réduire nos achats de produits non recyclables. Dans notre société de consommation et de culture de masse, Terracycle ne réussit qu’à mettre un pansement sur le vrai problème. Il ne demande pas au gens de changer leur mode de vie et de débuter un style de vie zéro déchets, au contraire il  élimine cette culpabilité de consommer. Bien que l’organisation essaie de valoriser un peu le zéro déchet, elle atteint ses nombreux objectifs puisqu’elle ne demande pas à la société de changer ses habitudes de bases.

Terracycle réuni bien des compagnies qui sont prêtes à investir dans de tels projets, mais elle ne pourrait pas continuer son bon fonctionnement sans vous et moi, les donateurs de déchets. Plus de 24 millions de personnes envoient leurs déchets à Terracycle. Ceci rassemble 15 pays - tout un progrès pour une compagnie qui débuta au Canada. Fondé par un étudiant de première année à l’Université de Princeton le projet a bien grandi depuis 2001. Croire que le tout a commencé avec de l’engrais d’excréments de ver de terre.

~ sophie - coordonatrice de la Gratuiterie

1 comments:

Blogger said...

I got my first electronic cigarette kit on VaporFi, and I think its the best kit.